Le média du végétal et de l'agriculture en ville

Gaëtan Redelsperger s'inspire des savoir-faire de l'ingénierie agricole en architecture

Capture-dcran-2022-10-30--08.40.16

L'architecte est intervenu le 18 octobre dernier à la Ferme ouverte de Saint-Denis, lors d'une table ronde sur le thème des serres agri-urbaines en toiture. Coconcepteur du bâtiment portant la serre GROOF des Fermes de Gally, il explique comment celui-ci permet l’utilisation de l’énergie générée par les serres. 

Associé à Lacaton & Vassal architectes, Gaëtan Redelsperger architecture, a coconçu, un bâtiment portant une serre en toiture, qui s'adosse à des constructions existantes. Au rez-de-chaussée, le bâtiment se compose d’un atelier polyvalent à l’Ouest avec un jardin d'hiver, ouvert sur les espaces d’activités de la ferme grâce à des baies vitrées et à l’Est, d'un atelier de maintenance se prolongeant sous un hangar existant. A l'étage, la serre repose sur un plancher en dalles alvéolaires. 

"L'intégration de serres dans le bâtiment est intéressante et nous suit depuis longtemps"

"Pourquoi n'y a t-il pas plus de liens entre cette ingénierie agricole très poussée sur les performances des cultures et les techniques du bâtiment ?" Cela fait longtemps que les architectes travaillent sur l'exploitation de ce savoir-faire pour en faire profiter les bâtiments. Ainsi, dès 2005 sur le projet de la Cité Manifeste à Mulhouse, Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal ont exploité ce même principe de structure très simple avec l'utilisation de serres, "même si à l'époque, les contraintes thermiques n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui." Cette technique a été utilisée par l'agence sur d'autres projets (dont un à Dunkerque, ndlr) car "ce savoir-faire agricole est très performant sur les questions de ventilation, de système d'ombrage, de gestion du climat en général". Gaëtan Redelsperger explique qu'à partir de 2012, les règlementations thermiques du bâtiment se sont resserrées. "Nous avons dû développer des outils pour évaluer cette balance entre les gains que l'on a naturellement par le soleil (chaleur) et les pertes par le vitrage, imaginer des dispositifs qui permettent de s'ouvrir à l'environnement, au solaire passif". "Les techniques issues du monde agricole relèvent du bon sens, permettent une généreuse ventilation, accumulent la chaleur de part la structure des matériaux et l'effet de serre. En hiver, on profite des apports solaires quand le soleil est bas et en été, on s'en protège". 

Contenu réservé aux abonnés.



 

Un mois

  • sans engagement 
     

  • Accès à l'ensemble des contenus
  • Accès à 4 articles INÉDITS
  • Accès à l’annuaire des acteurs de l’agriculture urbaine 
  • Réception de l'agri-city.hebdo

30€ TTC / mois

1 an

  • 1 mois offert (par rapport au tarif mensuel)
  • 6 mois offerts si souscription avant le 31/12/2022

  • Accès à l'ensemble des contenus
  • Accès à l’annuaire des 500 structures 
  • Réception de l'agri-city.hebdo
  • Réception du dernier baromètre exclusif (30 pages)
  • Accès au replay des masterclass
  • Tarif préférentiel sur les "Learning Expeditions"

250€ TTC / an

2 ans

  • 4 mois offerts (par rapport au tarif mensuel)
  • prolongement de 6 mois si engagement avant le 31/12/2022

  • Accès à l'ensemble des contenus
  • Accès à l’annuaire des 500 structures 
  • Réception de l'agri-city.hebdo
  • Réception du dernier baromètre exclusif (30 pages)
  • Accès au replay des masterclass
  • Tarif préférentiel sur les Learning Expeditions

460€ TTC / 2 ans

Voir toutes les offres


 

Recevez les dernières nouvelles du secteur en vous inscrivant à notre newsletter gratuite.


Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Connectez-vous à votre compte