Agri-city.info : le média des agricultures urbaines

Eau et Biodiversité : Les villes lauréates 2021

Capture-dcran-2021-11-22--21.44.25

Les lauréats de l'édition 2021 du concours "Capitale française de la Biodiversité " témoigneront le jeudi 9 décembre de leurs actions autour du thème de l'année "Eau & Biodiversité".

Depuis 10 ans, "Capitale française de la biodiversité" identifie et valorise les meilleures pratiques des communes et intercommunalités françaises en faveur de la nature. Ce concours est co-organisé par l'Office français de la biodiversité aux côtés de l’association Plante & Cité et de l’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France. Le concours est ouvert, gratuitement, aux communes, communautés de communes, communautés d’agglomération, communautés urbaines, métropoles ainsi qu'aux établissements publics territoriaux de la métropole du Grand Paris y compris les communes et intercommunalités d’outre-mer.  La collectivité candidate doit présenter dans son dossier, trois actions exemplaires réalisées sur le territoire, directement ou avec des partenaires locaux.
En 2021, la ville vendéenne de La Roche-sur-Yon est devenu la dixième « Capitale française de la Biodiversité ». Avec les 6 autres collectivités lauréates, elle offre un exemple frappant de restauration et de protection des cours d’eau et zones humides, essentiels à la biodiversité. L’édition 2022 du concours est d’ores et déjà ouverte, communes et intercommunalités françaises sont invitées à candidater jusqu’au 31 janvier 2022 afin de faire connaitre et valoriser leurs réussites autour du thème « Paysage & Biodiversité ». 

Zoom sur les actions de quelques villes lauréates 2021 

La Roche-sur-Yon (Vendée) : « Capitale française de la Biodiversité 2021 »
La ville se situe en tête de bassin versant avec des enjeux importants sur la qualité des masses d’eau, et qui compte une grande diversité de zones humides. La commune a fait le choix de les restaurer en développant la connaissance de la trame humide et bleue de son territoire. La modélisation de ses réseaux écologiques offre un outil opérationnel pour différentes politiques publiques (biodiversité, gestion des milieux aquatique et prévention du risque d’inondation, ressource en eau, urbanisme et aménagement du territoire…), et les travaux de gestion et de restauration des milieux naturels sont importants. Éducation à la nature, désimperméabilisation et requalification du milieu urbain complètent ce travail.

Lille (Nord) : « Meilleure grande ville pour la biodiversité 2021 »
Ville très dense et minérale, Lille inverse le tendance depuis plusieurs années en créant un maillage dense de mares urbaines et en restaurant les berges. Encadrés par des agents communaux, les citoyens et associations locales réalisent de véritables chantiers de restauration écologique. La place de l’eau, et de la faune et flore qui y sont associées, est aussi importante dans l’aménagement de l’écoquartier de la Haute-Deûle où la gestion des eaux pluviales, s’oriente désormais vers la mise en réseau de zones humides fonctionnelles et paysagères. La désimperméabilisation et la végétalisation des façades publiques et privées et des cours d’écoles contribuent aussi à redonner un peu plus de place à la nature et à l’eau en ville.

La Motte-Servolex (Savoie) : « Meilleure petite ville pour la biodiversité 2021 » (ex-aequo)
La commune, voisine de Chambéry, s’est dotée en 2014 d'un plan d'action Biodiversité en ville, programme d’aménagements doté d’un financement pluriannuel. Parmi les nombreuses actions mises en œuvre, la plantation de 4,5 km de haies vives d’essences d’arbres et d’arbustes locales. Pour ne pas augmenter l’artificialisation des sols, les élus ont fait le choix de construire un nouveau quartier d’habitation sur une ancienne carrière. Cet « écohameau » bénéficie d’un cahier des prescriptions architecturales, urbaines, paysagères et environnementales ambitieux qui fait une large place à l’eau, avec une gestion locale des eaux pluviales via un réseau de noues et un parc-nature connecté à une zone humide d’importance patrimoniale à restaurer et valoriser.

Ungersheim (Haut-Rhin) : « Meilleure petite ville pour la biodiversité 2021 » (ex-aequo)
Située dans la plaine céréalière d’Alsace et dans un couloir majeur de migration des oiseaux, la commune expérimente d’autres systèmes agricoles, moins hydrovores et énergivores, et plus résilients avec une régie municipale agricole et un chantier d’insertion de maraîchage bio et en permaculture, l’ensemble fournissant la restauration scolaire et une filière d’ateliers de transformation en circuit court. Ce développement d’une agriculture locale, bio, durable et beaucoup moins irriguée se veut un exemple pour les agriculteurs, et contribue à préserver la ressource en eau et à restaurer un écosystème rural plus accueillant pour la faune sauvage.

Les autres lauréats : Val-de-Vesle (Marne) : « Meilleur village pour la biodiversité 2021 » ; Communauté de communes Saône-Beaujolais (Rhône) : « Meilleure intercommunalité pour la biodiversité 2021 » ; La Celle (Cher) : « Coup de cœur du Jury ».

Informations pratiques sur le webinaire : 
Quand : jeudi 9 décembre 2021 de 14h à 16h
Où : En ligne
Gratuit sur inscription

Autres articles agri-city.info : 

Ouverture des candidatures du concours "Capitale française de la Biodiversité 2022"
Lyon, ville verte et comestible
L'arbre en fête à Bordeaux !

 

Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Connectez-vous à votre compte