Le média du végétal et de l'agriculture en ville

Le rythme de consommation d'espaces en baisse tendancielle

Screenshot-2022-07-26-at-14-50-35-Artificialisation-du-sol-un-rapport-sur-les-dterminants-de-la-consommation-despace

Les données de consommation d'espaces fournies par l'observatoire de l'artificialisation ont été mises à jour en juillet 2022. Elle portent sur la période 2009-2021. Elles révèlent une baisse tendancielle mais aussi une stagnation ces dernières années.

L'observatoire de l'artificialisation vise à documenter les données utiles au suivi de l'artificialisation des sols et de la consommation d'espace. Comme les années précédentes, elles sont disponibles en accès libre, à une maille communale et à un rythme annuel. Le portail de l'artificialisation est édité par le Cerema.

Une baisse tendancielle de la consommation des espaces et une stabilisation sur les deux dernières années.


L'année 2020 montre néanmoins une légère augmentation du rythme de consommation d'espaces, "qui est à interpréter avec prudence". En premier lieu, elle reste du même ordre de grandeur que les années précédentes, en second lieu, elle intervient après une année de forte baisse.  Il faut donc davantage retenir "l’absence de reprise de la consommation d’espaces".
Des analyses seront nécessaires pour connaître le caractère conjoncturel ou structurel des évolutions du rythme de la consommation d’espace observées et l’évolution de l’efficacité de la construction. "L’augmentation de la consommation d'espaces semble moindre que celle de la construction". On construit plus mais mieux, mais "il sera nécessaire de détailler les facteurs expliquant cette augmentation de l’efficacité (augmentation du recyclage urbain, augmentation de la densité…)".

"Les incidences de la crise COVID, qui auraient pu laisser penser une forte diminution de la consommation d’espaces, sont pour le moment peu visibles".
 

Les données de consommation d’espaces reflètent le changement fiscal du terrain, qui intervient lors du commencement des travaux. "Toutefois, il existe un décalage temporel de plusieurs années entre la décision d’aménager et la réalisation effective des logements et activités, après viabilisation des terrains. A cet égard, les perturbations liées à la crise sanitaire risquent d’avoir des conséquences plus étalées dans le temps".

Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Connectez-vous à votre compte