Agri-city.info : le média des agricultures urbaines

Architecture et agriculture : une riche rencontre à l’Agrocité

LE-Agrocit-22-04_Nicolas-Ginestire-12 Présentation à l'Agrocité

Agriculture dans les villes ou hors de celles-ci, la dernière Learning Expedition d'agri-city.info à Bagneux (92) a permis de défricher les enjeux alimentaires actuels et de discuter des réponses que peuvent offrir tous nos territoires. Une vingtaine d'experts ont discuté, échangé et partagé des expériences.

Héritier d’un premier projet localisé à Colombes puis Aubervilliers, l’agrocité de Bagneux qui a vu le jour en 2019 est issu d’une volonté commune de la mairie de Bagneux et de l’Atelier d’Architecture Autogérée (AAA) de recréer du lien social tout en préservant une boucle d’alimentation locale et solidaire. A ce titre, la commune, avec l’agrocité, a tout mis en oeuvre pour créer des îlots de verdure au milieu d’un paysage très urbain. Le foncier à Bagneux est en effet en proie à de nombreuses pressions extérieures : maintenant rattachée à Paris par le prolongement de la ligne de métro 4, le m2 prend inexorablement de la valeur, dans une ville où plus de la moitié du parc est en logements sociaux. Un des combats de la mairie, nous ont confié Pascale Méker et Lionel Chassas, élus de Bagneux est de défendre les espaces verts sur la ville, et quoi de mieux que de valoriser une partie de ceux-ci pour l’agriculture urbaine ?

« Dans notre programme municipal cette année, nous avons un hectare dédié à l'agriculture urbaine », Pascale Méker 

Bien plus que de simples fermes urbaines, les agrocités sont le fruit d’une réflexion plus profonde sur la société, l’environnement et notre système économique. Constantin Petcou, architecte et directeur de l’AAA, a ainsi commencé la présentation de son projet par une mise en contexte détaillée des failles de notre modèle sociétal. Destruction de l’environnement, de la démocratie ou des liens sociaux, tous vont de pair avec notre façon de mesurer la valeur d’un projet selon sa rentabilité purement économique. Face à ce constat, l'architecte a décidé de concevoir des nouveaux lieux au coeur des villes où pourtant les logiques marchandes et individualistes ne s’appliquent pas, inscrivant donc ses projets locaux dans une démarche globale.

« Les agrocités, ce sont différents types d’activités autour de l’alimentation, de l’élevage, des rencontres et des conférences.
Tout dépend des habitants et de ce qui peut être fait autour », Constantin Petcou

Quelle autre vision de l’agriculture urbaine ?

Valerian Almaric a enchainé en présentant un autre projet urbain tout aussi singulier, celui de la Cité Maraîchère de Romainville (93). Livré en 2021, ce bâtiment a pour ambition de produire un maximum de fruits et légumes pour nourrir une partie des habitants de la ville. La production s’effectue uniquement en bacs, dans cette serre géante, très bien intégrée dans l'architecture environnante. L’architecture de la Cité Maraîchère prend en compte son environnement direct : hauteur des autres bâtiments, orientation par rapport au soleil, etc. Un projet de société différent pour un bâtiment différent, pourtant les architectes prennent tous deux à coeur la participation des habitants à la vie des lieux d’agriculture urbaine. Les échanges entre les deux projets et avec les participants ont permis une véritable mise en perspective et de nuancer diférents points de vue.

Entre rat des villes et rat des champs

« Rat des champs », comme il se définit lui-même, Joël Baud-Grasset est venu apporter  son regard d’agriculteur savoyard sur l’agriculture urbaine. À travers son rôle de président de la Fédération nationale des Conseil d'architecture d'urbanisme et d'environnement (CAUE), il réfléchit aux questions de continuités écologiques dans les espaces urbains. « Trame bleue », « trame verte » : c’est tout un nouveau jargon qu’il a découvert au sein des CAUE. À travers cette mission, il note un éloignement entre les urbains et la nature.
L'agriculteur saisit le réel intérêt social pour reconnecter les populations urbaines à la terre. Alors que les agrocités proposent une nouvelle approche de la nature en ville inspirée de techniques traditionnelles, Joël Baud-Grasset y perçoit une manière, pour les urbains, de « mieux comprendre le cycle de la terre ».

 
« L’agriculture urbaine, c’est un moyen de se faire rencontrer les mondes […] c’est important pour l’homme de se reconnecter à la terre », Joël Baud-Grasset
 
Sophie Kraus et Nicolas Ginestière
 

Les Learning Expeditions sont des visites de lieux emblématiques de l'agriculture urbaine accompagnées par des conférences et discussions organisées par Agri-city.info. Pour ne pas rater notre prochaine Learning Expedition, abonnez-vous à Agri-city.info et inscrivez-vous à notre newsletter !

Autres articles d'agri-city.info :

Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Connectez-vous à votre compte