Agri-city.info : le média des agricultures urbaines

Appel à projets : « Besoins alimentaires de demain »

Capture-dcran-2021-11-08--20.55.32

L'Etat a lancé le 5 novembre un appel à projet pour favoriser le développement d'aliments plus sains et plus durables. Les process innovants, les démarches environnementales, les circuits courts sont au centre du dispositif.

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, ont présenté le 5 novembre les stratégies d’accélération agricoles et alimentaires du 4e Programme d’investissements d’avenir (PIA4) lors d’un déplacement dans la Drôme. Dans ce cadre, le gouvernement a lancé deux appels à projet (200 M€) pour soutenir l'innovation dans l'agroécologie et l'alimentation durable. Ces dispositifs ont été conçus pour être le plus ouvert possible aux startups.

L'appel à projets "Besoins alimentaires de demain" s'inscrit dans la stratégie d’accélération "Alimentation durable et favorable à la santé" (ADFS) qui a pour objectif de permettre au secteur alimentaire de capter l’ensemble de son potentiel économique tout en accélérant sa mutation en remettant au centre des préoccupations les enjeux de durabilité et de santé. En faisant de l'innovation une priorité pour le secteur alimentaire, cet appel à projets doit permettre d’accompagner sur un temps long des projets de recherche et d’innovation capables d’apporter des solutions combinant leviers technologiques, retombées économiques et environnementales. Il capitalise notamment sur l'écosystème français des startups de l’AgriTech et de la FoodTech.

Les thématiques d’intervention portent sur :
- Le développement d’aliments plus sains, plus durables et répondant aux attentes des consommateurs, en termes de modes de consommation, de qualité nutritionnelle, de goût et de naturalité. Il s’agit en particulier d’adresser le marché des aliments issus de nouvelles sources de protéines (végétales, insectes, algues), pour la conservation desquels les techniques de fermentation ont un rôle crucial à jouer ;
- La mise au point de process innovants mobilisant les nouvelles technologies au service de la qualité et de la sécurité de l’alimentation, adaptés aux chaînes de production de l’industrie agroalimentaire et à la demande de flexibilité et de personnalisation de l’alimentation et limitant les impacts sur l’environnement (énergie, déchets, coproduits), pour réussir la transition numérique et gagner en compétitivité ;
- Les problématiques d’alimentarité des emballages, dans un contexte de forte évolution des exigences réglementaires (augmentation du recyclage, du réemploi et du vrac, réduction du plastique) et d’attentes croissantes de la part des consommateurs.
- Les nouveaux outils destinés à guider les différents acteurs de la chaîne alimentaire vers des comportements plus vertueux et à améliorer la traçabilité et la transparence de l’information du consommateur, s’appuyant sur des systèmes d’information nutritionnelle avancée et sur de nouvelles méthodes d’évaluation de la durabilité des produits.
Il s’agit notamment de favoriser l’émergence de leaders technologiques dans le secteur foodtech. 

Les projets soutenus devront in fine augmenter l’offre de produits alimentaires et ingrédients :
- Favorables en matière de santé ;
- De nutrition préventive, développés sur les connaissances des microorganismes et du microbiote intestinal ;
- A recette ciblée ou simplifiée ou plus généralement visant des publics présentant des pathologies ou des besoins spécifiques ;
- Issus de démarches environnementales supérieures réduisant l’impact environnemental ;
- Issus de circuits courts et bénéficiant d’une traçabilité tout au long de la filière pour valoriser les pratiques différenciantes, optimiser les flux et assurer la sécurité sanitaire.

Deux types de projets sont attendus et éligibles : 
1) Les projets individuels portés par des start-up, des PME, des ETI ou des grandes entreprises exceptionnellement sur une durée maximum indicative de 48 mois.
2) Les projets collaboratifs, portés par une entreprise, quelle que soit sa taille, et associant un ou plusieurs partenaires (entreprises, instituts techniques et/ou organismes de recherche, associations, etc.), d’une durée indicative de 5 ans.

Dépôt des candidatures : 
- Date limite de dépôt : 8 juin 2022 à 12 heures (midi heure de Paris)
- Calendrier : deux relèves intermédiaires sont organisées le 13 décembre 2021 et 9 mars 2022
- Le dossier est à adresser à Bpifrance sous forme électronique sur la plateforme en ligne

Pour accéder au cahier des charges et au dossier de candidature

Articles agri-city.info sur ce sujet :  

Pour une alimentation locale, durable et de qualité : la métropole Rouen Normandie s'engage
Alimentation locale et quartiers défavorisés : des idées à la réalité
Pour une alimentation saine et durable : analyse des politiques de l'alimentation en France | Le flash

 

 

Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Connectez-vous à votre compte